samedi 23 septembre 2017

Sakamoto Ryûichi (坂本 龍一) & YMO- Fr

Artiste engagé et inclassable, Sakamoto Ryûichi a, comme son quasi-homonyme Sakamoto Kyû, atteint une reconnaissance internationale, dans les années 80s en ce qui le concerne notamment via le célèbre Yellow Magic Orchestra avec Hosono et Takahashi. Il faut dire que ce pionnier japonais de la musique électronique, tout aussi à l'aise avec le classique, a signé certains des plus grands thèmes du cinéma... occidental ! 

Sakamoto Ryûichi (坂本 龍一)

Et le Yellow Magic Orchestra



1e publication : 22/09/2017
Dernière MaJ: 01/11/2017


Présentation


Sakamoto Ryûichi (坂本 龍一) est né le 17 janvier 1952 à Tokyo, s'intéresse assez tôt à la musique et apprend le piano. Il sort diplômé de l'Université des Beaux-Arts et de la Musique où il s'est spécialisé en musiques électronique et ethnique. Son premier album, fusion de l'électronique et du traditionnel, sort en 1978 (Thousand knives) et il rejoint alors Haruomi Hosono (basse) et Yukihiro Takahashi (batterie et chant prinicpal) pour former le Yellow Magic Orchestra (YMO), groupe pionnier et internationalement connu de la synthpop.
Parmi ses relations amoureuses, c'est durant cette période qu'on compte la plus notable (en terme de J-Music). Il rencontre en effet Yano Akiko (矢野 顕子), populaire chanteuse et pianiste jazz, collaboratrice du trio, qu'il épouse et avec qui il a une fille en 1980, la chanteuse J-Pop Sakamoto Miu (坂本 美雨). Ils finiront par se séparer dans les années 90 puis par divorcer en 2006.

Haruomi "Harry" Hosono (細野 晴臣) est né le 9 juillet 1947 à Tokyo et est le petit fils du seul passager japonais et survivant du Titanic ! Il commence la basse électrique à la fin des 60s, début des 70s dans des groupes de rock psychédélique et de folk comme Happy End (dont le titre Kaze wo Atsumete apparaîtra bien plus tard dans la BO de Lost in Translation). Avide de découvertes musicales, il se met aux synthétiseurs, et multiplie les collaborations et groupes éphémères.
On le retrouve ainsi à travailler pour Miyazaki Hayao lorsqu'il compose la chanson promotionnelle de Nausicaä de la Vallée du Vent, ou encore pour les grandes Idols des 80-90s : Matsuda Seiko et Moritaka Chisato ! Il dirige son propre label, Daisy World, pour lancer des artistes expérimentaux. C'est lui qui est à l'origine de YMO, après avoir aidé Sakamoto sur son 1er album, puis de leurs réunions.
Ce leadership et son éclectisme lui ont valu un classement en 44e position dans le classement des 100 artistes japonais les plus importants de HMV en 2003 !

Yukihiro Takahashi (高橋 幸宏) est né le 6 juin 1952 à Tokyo aussi. Il rejoint en 1973 en tant que batteur le Sadistic Mika Band mené par le guitariste Kato Kazuhito et sa femme Mika au chant, qui est le premier groupe J-Rock à faire une tournée en Angleterre (en 1ère partie de Roxy Music) ! Chanteur, il mène aussi une carrière solo assez prolifique en rajoutant le synthétiseur à ses talents. On notera sa participation à la BO de la série anime culte Nadia, le Secret de l'Eau Bleue (ふしぎの海のナディア, Fushigi no umi no Nadia), notamment la chanson Families !

YMO est inspiré par des groupes comme Kraftwerk et utilise intensivement les synthés, boîtes à rythmes, séquenceurs, vocoders..., et l'informatique pour expérimenter de nouveaux sons et les fusionner à diverses influences plus classiques. Au Japon où leurs concerts affichent vite complet y compris au prestigieux Budôkan, ils participent pleinement au lancement de la vague de la synthpop (ou technopop) et de la new-wave qui aboutiront au Japon à un style proche de l'Eurodance dans les 90s (TRF, Globe...).
Leur album Solid State Survivor de 1979 (excellente année !) fait connaître à l'international un de leurs plus grands tubes, utilisé pour une pub en 1978 : Behind the Mask (repris par Michael Jackson, Eric Clapton...), et l'album dépasse les 2 millions d'unités vendues dans le monde.
Le suivant en 1980, X ~ Multiplies, fait presque aussi bien, avec les hits internationaux Computer Game, Firecracker... qui leurs valent une tournée internationale.
Ils se séparent fin 1983 pour retourner à leurs projets solos. Il leur arrive toutefois de se réunir de temps en temps pour des concerts, sous le nom Human Audio Sponge ou HASYMO.

1983, c'est d'ailleurs l'année de la consécration personnelle pour Sakamoto Ryûichi qui vient de tourner un film anglo-japonais avec notamment Kitano Takeshi, jusque-là membre d'un duo comique qui deviendra l'acteur-réalisateur culte de Zatoishi entre autres, et un certain David Bowie pour l'un de ses plus grand rôles, qui refuse la composition de la BO, revenant ainsi à Sakamoto.
A n'en pas douter, Furyo alias Merry Christmas Mr Lawrence, fut un vrai miracle de Noël pour ces divers acteurs et pour Sakamoto en particulier, sa bande-originale, dans un style plus classique, décrochant un BAFTA de l'académie britannique et la reconnaissance du grand public avec le morceau Forbidden Colours dont les paroles sont de David Sylvian, un chanteur anglais new-wave déjà connu au Japon. 
Pour la petite histoire, le titre japonais de ce film de Ôshima n'est pas Furyo (bien que ce soit un mot japonais pour "prisonnier de guerre"), mais Senjô no Merry Christmas (戦場のメリークリスマス, "Joyeux Noël sur le champ de bataille").

Par la suite, il va signer plusieurs autres BO remarquées (Le dernier empereur - qui lui a valu un Oscar, Little Buddha, Snake Eyes, SoieTalons aiguilles... et une participation à celle du 1er film d'animation en cell-shading : Appleseed) ou encore la cérémonie d'ouverture des JO de Barcelone en 1992. 
Il collabore aussi énormément, pour des titres pop et rock avec des chanteurs comme Iggy Pop, Youssou N'Dour, Césaria Evora... et nombre d'autres opus plus ou moins expérimentaux, entre compositions purement électroniques, fusion avec des musiques traditionnelles, ou même des essais plus courants de bossa-nova (entre autres avec les époux Morelenbaum), de rap, ou encore... l' "opéraLIFE (avec la participation à l'écriture du XIVe Dalaï-Lama et de Salman Rushdie entre autres), etc.

On notera en particulier la sortie en 1999 de l'album BTTB, alias Back To The Basics, qui est un certain succès japonais avec le morceau thème du film Snake Eyes, et surtout de son single Ura BTTB (ウラBTTB) avec sa "face A" utilisée pour une publicité: Energy Flow, à l'origine de la vague "healing music" mais curieusement absente de la version japonaise de album sus-nommé (rajoutée dans la version internationale), qui atteint la 1ere place du Top Oricon, une première pour un morceau instrumental, et qui y reste 4 semaines, finissant 4e au classement annuel avec plus de 1.5 millions de copies ! En guise de "retour aux fondamentaux", cet album ne présente que des instruments classiques ou traditionnels. De manière amusante, comme c'était une commande pour une pub, Sakamoto a expliqué qu'il l'avait fait en 5 minutes sans trop réfléchir, et qu'il ne comprenait pas son succès ! Ce doit être ça,le génie... 😜
Album Ongakuzukan (1984, réédition de 2015); le livret détaille par exemple l'emploi du temps en studio !

En 2014, il est atteint d'un cancer de la gorge, qu'il parvient à soigner pour revenir en 2015 signer la BO de... The Revenant 😉 ! Il sort ensuite en 2017 un nouvel album personnel, Async, 8 après le précédent (Out of Noise), très orienté musique expérimentale. La même année, il est récompensé du prix Samurai au 30e Festival International du Film de Tokyo.
Celui qui a remis en musique la version japonaise du poème pacifiste Shinda Onna no Ko et qui l'a interprété en 2005 avec la chanteuse traditionnelle Hajime Chitose devant le Dôme de l'explosion d'Hiroshima pour la cérémonie des 60 ans ne cache pas ses réserves quant aux projets politiques d'Abe Shinzô pour réformer l'Article 9 de la Constitution qui interdisait jusqu'en 2016 l'envoi de militaires japonais en théâtre extérieurs... 

Chibi-opinion


Certes, le compositeur "classique moderne" Sakamoto Ryûichi est mondialement connu pour ses musique de films : comme dit, il a donc gagné 1 BAFTA et un Oscar, mais aussi 1 Grammy et 2 Golden Globes, et compte 3 nominations aux BAFTA et 4 aux Golden Globes !
Il est aussi, voire surtout, un des pionniers de la musique électronique et expérimentale non seulement au Japon mais au niveau mondial, et a exploré sa fusion avec la musique classique voire traditionnelle, en solo et avec le fameux trio Yellow Magic Orchestra qui a eu énormément d'écho en Occident. Et ils sont surtout plus ou moins directement les pères spirituels de la scène électronique japonaise actuelle et de sa diversité (chiptune, Vocaloid, électro-pop, Toho-kei...), de par leurs innombrables expérimentations et l'aura positive apportée à ce genre.
Leurs œuvres ne sont donc pas seulement des must-know de la J-Music, mais une part du patrimoine musical mondial. En 2009, Sakamoto est ainsi décoré de l'Ordre des Arts et des Lettres français pour sa contribution à la musique.


Artistes similaires

Japon: Joe Hisaishi (cf. sa BO pour le film d'animation du Studio Ghibli Nausicaä de la Vallée du Vent)... Par héritage, YMCK, Hatsune Miku, Perfume, World Order...

Monde: Vangelis, Mike Oldfield, Kraftwerk, Orchestral Manœuvres in the Dark, Brian Eno, Jean-Michel Jarre, Daft Punk...

Grands Classiques :

Interprètes originels :

- Behind the Mask (YMO)
- Computer Game (YMO)
- Forbidden Colours (Merry Christmas Mr Lawrence)
- Energy Flow

...

Reprises :

Shinda Onna no Ko
- les chefs-d'œuvre du compositeur de la bossa nova Antônio Carlos Jobim
- Tighten up
...



Discographie (sélection) :

Liens affiliés CDJapan, avec extraits audios. Merci d'autoriser les cookies pour soutenir le site, si l'article vous a plu m(_ _)m

11/1978: réédition en 2003 du 1er album (vers. japonaise) de YMO ; inclus Firecracker, Computer Game (Invaders vers.)...

08/2009: best of YMO, inclus Computer Game (Soccer vers.), Behind the Mask, Tighten up, Rydeen, Firecracker...


3/2009: réédition du 1er album (10/1978) de Sakamoto Ryûichi en HQ ; inclus Thousand Knives, The End of Asia...

11/2013: réédition spéciale pour les 30 ans de la Bande-Originale du fameux film de 1983, Furyo (en France).

03/2015: réédition de cette "Encyclopédie Musicale Illustrée" de 10/1984, 1er album post-YMO ; inclus Tibetan Dance, M.A.Y in the Backyard...

UF (Ultimate Film) / Ryuichi Sakamoto
Ryuichi Sakamoto
10/2002: Best of Bandes-Originales de films (extraits) de Sakamoto ; inclus Furyo (Merry Christmas Mr Lawrence), Snake Eyes, Le Dernier Empereur...

Silk / Ryuichi Sakamoto
Ryuichi Sakamoto
12/2007: Bande Originale du films Silk (Soie).

Ryuichi Sakamoto: Playing the Piano 2009 Japan / Ryuichi Sakamoto
09/2009: album d'extraits live ; inclus Energy Flow, Tibetan Dance, Forbidden Colours (Merry Christmas Mr Lawrence), Le Dernier Empereur, Talon Aiguille, Thousand knives, reprise de Behind the Mask (de YMO)...

Little Buddha / Original Soundtrack (Music by Ryuichi Sakamoto)
Original Soundtrack (Music by Ryuichi Sakamoto)
08/2015 (réédition): BO du film Little Buddha (1993).

Original Soundtrack "The Revenant (Yomigaerishi Mono)" / Original Soundtrack (Music by Ryuichi Sakamoto, Alva Noto, Bryce Dessner)
Original Soundtrack (Music by Ryuichi Sakamoto, Alva Noto, Bryce Dessner)
02/2016: BO du film The Revenant


Liens


Sources: wikipedia JP, reportages TV, revue de l'album Async, conférence au 30e TIFF...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire